Catégorie : Terrain

0

Réflexions contre les paires antithétiques de l’anthropologie. L’ethnographie et les pesanteurs du terrain à la Joutiya de Rabat.

Comment reconnaître les effets que la relation d’enquête peut engendrer sur ses résultats quand le chercheur se trouve sur un terrain familier, qu’il connaît, qu’il a fréquenté ? Que peut-on apprendre que l’on ne sait déjà ? Comment se libérer de sa propre subjectivité et assurer un processus de dévoilement de soi qui respecte à la fois le sens commun local et l’exigence d’obtenir des données ? Cet article interroge les contingences spécifiques aux jeunes chercheurs qui travaillent sur les terrains dont ils sont issus, notamment des pays dits du « Sud ». A travers une expérience d’enquête au cœur d’une place de marché dans la médina (ancienne ville) de Rabat, au Maroc, je présente les déconvenues des pratiques ethnographiques euro-centrées lorsque le jeune chercheur natif de son terrain revendique des ancrages multiples. Que ce soit à propos de la dénomination des objets, des cadres d’analyse ou des théories mobilisées, l’article met en débat l’hégémonie d’une certaine forme de « faire » de l’ethnographie et soulève la dialectique entre le savoir produit et transmis dans les universités européennes et nord-américaines ainsi que les degrés de son adaptabilité à tous les terrains.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search