Journée d’étude: Quand le sud pense le nord



Les questionnements soulevés par cette journée d’étude concernent mes sensibilités réflexives et ma formation théorique dans la mesure où les multiples appartenances auxquelles je me réfère (africaine, arabe, femme, institution académique française et anglo-saxonne…etc.) engendrent souvent des effets d’hésitation et d’incertitude lorsque je dois aborder le cadre épistémologique de ma recherche. Que ce soit concernant mes enquêtés et leur altérisation, leur racialisation et leur intersectionnalité ou bien ma position multiple en tant que chercheure travaillant sur des aires géographiques interconnectées, l’apport du courant postcolonial et de la pensée décoloniale semble être incontournable dans l’appréhension de tels objets de recherche.

Cette tendance paradigmatique critique n’ayant plus à démontrer sa raison d’être dans la réflexion théorique actuelle et étant donnée la riche littérature sur la question dans les milieux intellectuels hispaniques, africains, asiatiques et caribéens, j’y participe en proposant une tentative d’un état de l’art sur les critiques de cette pensée. L’idée est de renforcer notre connaissance et notre position critique en tant que chercheurs du sud en faisant volontairement un tour du côté de celles et ceux qui trouvent à la pensée décoloniale son talon d’Achille. Au-delà des trois types de critiques principales (États-Unis-centrisme, manichéisme et essentialisme)2 que les études postcoloniales suscitent chez les chercheurs français, quels sont les paradigmes, les méthodologies, approches et propositions de la pensée décoloniale qui font l’objet de critiques et de révisions à la fois par les chercheurs du sud et du nord ? Une réelle maitrise de la décolonisation des savoirs implique une connaissance concise sur ce qu’elle suscite comme mouvements dans ces concepts qui migrent et se détachent dans ce qu’Edward Said appelle les entre-mondes, un peu à l’image des chercheurs voyageurs issus de la géographie coloniale. L’étendue des contributions nécessite de dresser une synthèse actualisée de leurs critiques. Rendez-vous le 13 décembre à L’INED, à Paris. 


Rim Affaya

Doctorante en anthropologie sociale Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Centre Norbert ELias

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search