Eloge des identités molles

L’ouvrage de Hassan Rachik se présente en neuf chapitres et se donne pour objet de mettre en regard les frontières muables de l’identité et de l’altérité. L’appartenance y est discutée en dialogue avec la variété des possibilités identitaires notamment pour les sociétés dont les fondements traditionnels d’apparence homogènes se transforment en des sociétés d’individus aux cultures et aux aspirations hétérogènes. Au-delà de l’inscription de l’auteur en tant qu’anthropologue marocain qui travaille sur sa propre société, ce livre a une portée épistémologique universelle dans la mesure qu’il explore les formations et les transformations des différents éléments des identités individuelles et collectives et qu’il traite des catégories et des représentations qui occupent le cœur du projet des sciences sociales depuis ses débuts.

Le fil conducteur qui se dégage de la décomposition fine que l’auteur a fait des identités et de leurs contextes d’articulation porte sur la différence entre la pratique identitaire ordinaire, celle qui prend forme au niveau de l’individu, qui émane de la socialisation rituelle ou des pratiques identitaires implicites à l’instar des communautés qui vivent leur religion et leur identité collective comme « allant de soi » ; et entre les processus d’idéologisation fabriqués par les élites, les militants ou les intellectuels qui élaborent explicitement les frontières de l’idéologie identitaire à  l’image des discours prônés par les oulémas et les leaders politiques. C’est en somme une confrontation entre conception substantiviste et subjectiviste de l’identité, entre ce qui est fixe et attribué à l’individu et ce qui est muable et adopté volontairement. Cette proposition presque anatomique de ce qui fait l’individu et le collectif rappelle le travail de George Herbert Mead[1] qui a mis en relief comment le soi prend forme dans la socialité dans le cadre de l’interactionnisme symbolique ou encore celui du sociologue Robert King Merton[2] qui a souligné la différence subtile entre l’appartenance et la référence dans les expériences sociales de l’individu. Appartenir au groupe duquel on vient (groupe national, ethnique, religieux…etc.) peut fixer l’individu dans une identité totale ou dans « un ensemble d’obligations et de sanctions» (p. 67) comme c’est pointé par Eric Hobsbawm et Terence Ranger lors de l’invention des traditions[3] pour préserver, instituer l’obéissance et la loyauté des individus. Tandis que le groupe de références est celui avec lequel l’individu est en interaction et dont il se sert pour adopter les valeurs, les normes ou les buts qu’il juge désirable et qu’il souhaite imiter. Il est le groupe auquel il souhaiterait appartenir pour accéder à la mobilité sociale, à l’instar de l’identité sélective ou « molle », qui permet aux individus de garder ce qu’ils « sont » mais ne s’y limitent pas ; elle est, selon Rachik, « relative, contextuelle et ouverte » (p.80).

De la composante annoncée par le titre, c’est effectivement de l’ouverture de l’identité, du rapport à l’autre et de la mise en œuvre des identités collectives qu’il s’agit. De l’époque moderne à nos jours, le texte regorge d’exemples concrets de l’application variée des modes d’appartenance, de croyances et de pratiques collectives dans l’histoire des courants politiques, culturels et religieux qui ont traversé le monde arabe. Qu’ils soient nationalistes à l’instar de Mustafa Kemal (1881-1938) en Turquie, Allal Fassi (1910-1974) au Maroc, ou religieux comme Sayid Qotb (1906-1966) et Mohamed Belarbi Alaoui (1880-1964) pour le salafisme, Mohammad Abdoh (1849-1905) pour le modernisme islamique ou Abdeslam Yassine (1928-2012) pour l’islamisation de la modernité, ou qu’ils soient défendeurs de l’unité d’un groupe culturel tel que l’Amazighité ou l’arabité, Rachik explicite comment les réformistes de l’identité élaborent des équations identitaires qui ont pour commun les paradigmes de la représentation de soi et la grammaire morale et politique dans les récits qui produisent le lien social. A l’instar de Norbert Elias, Rachik montre que c’est dans l’intimité psychique des individus que ces réformistes réinvestissent les systèmes de valeur, les critères d’identification, les loyautés ainsi que les manières d’agir et de se représenter pour fonder leurs philosophies.

C’est dans une posture de discernement, entre l’écueil d’une dérive identitaire et celui d’une incompréhension des pluralités du « nous » métaphysique, que le travail réflexif de Rachik est pourvu d’humilité et contribue à la connaissance des contextes présentés. L’identité est ainsi pensée dans une complexité simplifiée au lecteur et la met en perspective de manière diachronique avec les particularismes qui opacifient la compréhension des enjeux du rapport entre l’individu et le collectif. Dans cet aperçu des registres identitaires, on ne peut ignorer l’omniprésence de la pensée de Paul Pascon (1932-1985), pionnier de la sociologie marocaine et maitre de nombreux chercheurs marocains dont Hassan Rachik. Celui-ci a contribué à présenter les contours de la société marocaine en faisant valoir sa diversité dans le concept de « société composite »[4] qui dévoile la fabrique des hybridités marocaines à travers des modes d’appartenance et de référence tribales, familiales ou capitalistes. A travers les écrits de Hassan Rachik, sa pensée a trouvé une continuité dans la compréhension du social.

[1]MEAD, George, L’esprit, le Soi et la Société, Presses universitaires de France, 1963.

[2]MERTON Robert K.  [1957]. Eléments de théorie et de méthode sociologique. Paris : Armand Colin/Masson, 1997, pp. 223.

[3] HOBSBAWM Eric et RANGER Terence  (dir.), L’invention de la tradition, traduction de l’anglais par Christine Vivier, Paris, Éditions Amsterdam, 2005. 370 pages.

[4] PASCON, Paul, « La formation de la société marocaine », Bulletin économique et social du Maroc,‎ 1971.


Rim Affaya

Doctorante en anthropologie sociale Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Centre Norbert ELias

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.