A destins croisés, bibliographie intersectée

L’une des plus grandes difficultés à laquelle je fais face dans mon travail de recherche est de saisir l’expérience subjective des « entrepreneurs de la circulation » d’origine marocaine en Europe à partir de leurs biographies propres tout en les situant dans le monde qui les façonne et sur lequel ils agissent. Après avoir circonscrit le phénomène et commencé le terrain, le défi est de placer mes objets de recherche dans les mutations et les forces plurielles dans lesquelles ils s’insèrent; à savoir les différents lieux, représentations, temporalités et échelles d’analyse. La lecture des ouvrages sur les sujets qui concerneraient le destin d’un entrepreneur d’origine étrangère sur le territoire entre le Maroc et l’Europe amène à considérer à la fois l’histoire migratoire, la logique transnationale, l’impact de l’économie, la culture globale, le discours national, l’interaction locale, la force sociale, tout en prenant en compte les multiples recommandations méthodologiques sur la compréhension du terrain.

La recherche se construit de manière solitaire mais elle ne peut être dissociée de l’héritage des travaux et des références de ceux qui nous ont précédés. Comment alors appréhender ces « boîtes noires » conceptuelles qui comprennent notions, outils et objets proches d’une manière ou d’une autre de mon sujet de recherche ?  Comment mettre de l’ordre dans une littérature à la documentation dense et complexe, notamment quand notre travail se situe à la croisée de phénomènes imbriqués ?

L’exercice de recensement de la littérature pertinente pour cerner mon travail de thèse à la fois théoriquement et méthodologiquement m’a conduit à pousser la réflexion plus loin en affrontant la volumétrie conséquente des travaux disponibles. L’état de l’art (ou literature review), étape indispensable à la recherche en sciences sociales, ne m’a pas nécessairement libéré de ce sentiment de confusion et d’impuissance face aux classiques compilations et listings des lectures incontournables. Faire dialoguer les travaux est un exercice de réflexion stimulant mais qui peut être parcellaire car dépendant de certains facteurs qu’on a tendance à omettre. En effet, la sélection de ces travaux dépend tout d’abord de la langue que l’on maitrise. Pour ma part, c’est le français, l’anglais et l’arabe, ce qui me permet une accessibilité certes plus large mais qui me préviens toutefois d’accéder à d’autres connaissances non traduites. L’ambition de présenter un état de l’art abouti et complet doit donc être vue avec pragmatisme. Ensuite, l’appartenance à des cultures et à des traditions universitaires circonscrites à une géographie ou à une perspective particulière, comme ce que l’on peut rencontrer chez certains chercheurs eurocentrées ou américanocentrés, a des effets notoires sur comment on voit le monde et peut même produire une forme d’épistémologie des dominés[1]. Il faut garder à l’esprit que les formes de domination sociale naissent également dans la production du savoir et que tout un pan de réflexion nourrit aujourd’hui l’exploration de ces injustices épistémiques[2] pour  y remédier. L’épistémologie est aussi un objet politique qu’il convient de rappeler mais dont la lutte ne concerne pas ce billet.

Pour revenir à l’objet de cette réflexion, je souhaite présenter comment faire un usage raisonné de la masse bibliographique dont j’ai besoin pour avancer dans ma recherche. Pour cela, il a tout d’abord fallu BIEN PENSER la structure de ma recherche, son squelette épistémologique, sa méthodologie et son approche empirique. Il fallait parcourir ce qui avait déjà été produit sur le sujet mais aussi se laisser porter par des lectures adjacentes ou parfois carrément éloignées de mon travail pour explorer et opérer des rapprochements avec des objets que je n’avais pas prévu d’aborder. Le hasard et le sens de la découverte sont, à mon sens, des éléments importants du maillage de la recherche scientifique. La prévision et la planification strictes de la recherche peuvent comprimer l’inventivité et gâcher la magie de la rencontre qu’elle soit réflexive et interdisciplinaire.

Ensuite, ce qui a réellement aidé à déterminer ce qui va me servir dans les lectures c’est le départ sur le terrain. Le positionnement dans le débat académique que l’on attend des doctorants et des chercheurs ne peut se faire à partir de la lecture seulement. Cette exigence est encore plus vraie pour les sociologues et les anthropologues. Le terrain conduit à isoler les pistes qui serviront à répondre aux questionnements que l’on se pose et à comprendre ce qu’on recherche dans les lectures. Bien que nous souhaitons tous acquérir une connaissance globale d’une discipline ou d’un phénomène, il faut se rendre à l’évidence que nous ne pouvons ni tout lire, ni tout savoir, ni tout retenir. Cette première prise de conscience peut servir à paralyser ces angoisses, à être attentif aux éléments qui retiennent notre curiosité et à approfondir les points qui serviront notre démarche de recherche.

Ainsi, j’ai orienté mon organisation bibliographique selon ces objectifs précis:

  1. Lire pour comprendre et conceptualiser
  2. Lire pour situer et contextualiser
  3. Lire pour analyser et se positionner

Ne perdant pas de vue ces objectifs, le volume de lecture qui m’attendait n’en demeurait pas plus organisé ni plus maîtrisé. C’est en cela que le terrain est déterminant pour sélectionner ce que l’on doit absolument maîtriser dans notre corpus et ainsi user d’une bibliographie qui croise les concepts et les objets de notre recherche. Pour avoir une vue globale et résumée de mon travail, j’ai donc opté pour la carte mentale pour organiser en arborescence les thématiques, les sous-thématiques et les concepts-clés de ma bibliographie comme qui suit: (cliquer sur la carte)

Ma carte épistémique résume les axes de recherche que je compte aborder. En cliquant dessus, on parvient à accéder à une arborescence abritée par Framindmap et qui détaille les pistes de réflexion qui tentent d’allier théories et objets de recherche. La relation intime de la méthodologie, de la théorie et des objets de réflexion que je dois manier requiert de trouver un cadre de recherche qui privilégie les activités qui relient à la fois les dépassements et les incorporations pour comprendre les interconnexions entre les liens transnationaux et les relations sociales. La structure de cette carte mentale reprend un peu ce cadre. Chaque objet de la liste renvoie à une bibliographie de références que j’estime incontournable pour cette recherche et qui continuera d’être alimentée tout au long de ma thèse (cliquer sur les petits trombones).

Comme beaucoup, j’ai plusieurs documents tout plein de références sans réelle organisation. Je viens y piocher des lectures de temps en temps et les délaisse pour en créer d’autres lorsqu’une nouvelle thématique me vient à l’esprit. Seulement, lorsque vient le moment de la rédaction, il faut affronter la laborieuse et longue mise en commun et mise en forme de la bibliographie. La solution la plus rapide et la plus pratique est de se mettre à utiliser le logiciel Zotero (logiciel de gestion bibliographique gratuit et libre), qui pourrait faire peur à plus d’un à la seule évocation du mot “logiciel” mais qui rassure au fur et à mesure qu’on l’utilise. Ensuite, pour importer l’ensemble de la bibliographie écrite sous Word ou Libreoffice, on peut se servir d’AnyStyle, un service web également gratuit et libre. Il suffit d’y copier/coller les références puis AnyStyle les transforme en format bibliographique importable dans Zotero.

Ainsi, les futures lectures sont désormais ordonnées selon comment j’aborde ma thèse et les phénomènes qui la sous-tendent. Les thématiques et les sous-thématiques ne conditionneront pas le choix de mes chapitres. Elles serviront seulement à lire, prendre des notes et collecter des informations de manière méthodique. La complexité du monde social tel qu’elle se présente dans nos terrains de recherche est un réel défi d’analyse et de compréhension. Il faut alors prendre le temps d’ordonner le désordre pour le comprendre.

Pour ceux et celles qui souhaitent s’initier à l’utilisation de Zotero, cliquez ici 

Pour une présentation exhaustive des outils pour les jeunes chercheurs en sciences sociales, voici le billet complet de ma collègue Anais Martin, du blog zistetzest.

[1] Frega, Roberto. « L’épistémologie des dominés », Critique, vol. 799, no. 12, 2013, pp. 978-991.

[2] Origgi,Gloria. « Epistemic Injustice and Epistemic Trust », Social Epistemology, vol. 26, n° 2, 2012, pp. 221-235.


Rim Affaya

Doctorante en anthropologie sociale Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Centre Norbert ELias

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.